Divers

Petites poussières et gros ménage.

index2222

Bonjouuurrr… !

Non ce blog n’est pas mort..

Non nous ne sommes pas morts..

et… Non, nous ne sommes pas encore partis ! enfin si, mais c’est pas franchement les Bahamas 😉

La phrase qui nous va bien pour résumer cette absence est définitivement que « la vie n’est pas un long fleuve tranquille ».

Nous reprenons la barre très vite, vous raconter un peu les derniers mois (ou dernières années devrais-je dire ?!..).

En attendant, je rapatrie les messages de notre ancienne plateforme vers celle-ci ; je n’ai pas d’autre moyen que de faire manuellement un copier/coller de chaque message, vous m’en voyez sincèrement désolée ! vous allez donc les recevoir, de 2012, 2013 et 2014. Vous pouvez tout jeter hein ?!

A très vite pour de nouvelles aventures du Far East..

Bises !

 

 

 

La vie à bord

Et l’argent dans tout ça ??

Billet toiletteArgent, fric, pèze, tune, pognon, monnaie, blé, flouze, pépètes, les Sous quoi ! sans langue de bois, aujourd’hui, on en parle.

Une des questions qui nous revient le plus souvent, c’est « de quoi allons nous vivre si on ne travaille pas ? », comment faire sans revenus fixes mensuels ?? car c’est bien connu de nos jours, sans le sous, on est malheureux … ! Pour nous, tout est une question de philosophie, de savoir à quel point l’argent ‘gouverne’ votre vie.

Il est clair oui, qu’à vivre à terre, il devient difficile d’honorer nos (nombreuses) factures mensuelles si nous n’avons pas un salaire décent.. J’ai connu le Rsa un temps, et je peux vous dire que 490€, c’est très juste pour seulement manger et se loger à 2.. Le reste est forcément secondaire (luxueux portable dernier cri-qui-fait-anti-moustique, fringues de marques et tout ce qui fait de nous de chouettes petits moutons..). Notre vie à nous est loin du superflu donc pas de manque de ce côté là 🙂

Au port, nous n’avons pas à payer de loyer, pas d’électricité, pas d’eau, pas de taxe d’habitation et pas d’internet (la plupart des ports ont la wi-fi, quelquefois payante). Il nous reste à payer l’emplacement à l’année (l’anneau), qui diffère suivant la taille du bateau et des ports. En général, l’emplacement comprend le raccord électrique, l’eau douce potable et +/- un accès Internet.

Pour vous faire une idée, pour le port ici, nous payons environ 3.600€ annuels, sur 10 mois, ce qui équivaut donc à 360€ par mois de Janvier à Octobre.  C’est tout. Cela comprend l’électricité, l’eau, le net. Et je peux vous dire que l’hiver, nous sommes loin des 19° habituels dans les maisons ici, c’est plutôt 25°/26° à l’intérieur ! que du bonheur..

Il y a aussi une ‘taxe de navigation’, proportionnelle à la longueur du bateau et à l’année de fabrication : pour nous c’est 110€ annuels.

Nous avons encore les abonnements téléphoniques de nos 06., environ 40€ pour nous 3. L’assurance voiture et celle du bateau (env. 55€/mois). On vous laisse faire le comparatif des dépenses mensuelles obligatoires « terrestres vs marines ».

Ensuite, quand on quitte le port pour voyager, il y a plusieurs sons de cloches, plusieurs façons de vivre, plusieurs façons de dépenser 🙂

Encore une fois, nous ne faisons aucun jugement, mais juste part de notre ‘petite’ expérience, de nos

rencontres ou de notre entourage ‘qui l’a fait’…

** Il y a ceux qui font une parenthèse, d’un an ou deux, qui ‘ont obligation’ de boucler le tour de l’Atlantique ou du monde dans ce timing imposé. Retour en France, reprise du boulot, de la maison/appart.. Coûte que coûte et quelle qu’en soit la météo, ils devront relier le point A au point B, puis au point C et D de telle date à telle date. Si météo trop fâcheuse, ils sauteront le point E pour aller direct au point F… etc..

Courir est synonyme de danger : un risque de casse ou d’avarie, utilisation plus fréquente du moteur – donc du gazoil, une météo incertaine à braver qui nous oblige à nous réfugier au port (payant) parce qu’on n’a pas le temps d’attendre une accalmie et de choisir un mouillage sûr et protégé… etc.. => des frais qui viendront grossir les dépenses mensuelles. Ajoutez à cela, le loyer/crédit terrestre pour ceux qui ne (sous)louent pas leur bien durant leur voyage, l’abonnement Edf ou encore le crédit du bateau pour certains. Et enfin éventuellement les abonnements qui ne peuvent être suspendus (tel, assurances .. ?? )

Beaucoup aussi ont acheté le bateau peu de temps avant de partir, 2/3 mois, voir moins quelquefois et ont seulement fait une préparation sommaire : on regarde un peu la cale moteur, l’électricité, les vannes, les voiles/haubans, la propreté (humidité éventuelle).. ou pas.. et hop on s’en va sans connaitre son bateau ! Autant dire que c’est comme acheter une maison sans regarder les murs ou la toiture !

voilier-sur-mer-au-coucher-de-soleil-

** Seconde option, celle qui nous concerne pour le moment, ce sont ceux qui voyagent sur du long terme et/ou qui choisissent de vivre sur l’eau. En général, plus de loyer en cours, plus d’assurance auto/moto (juste celle du bateau) plus de facture téléphone portable et dans notre cas, plus de crédit bateau.. Le seul besoin ‘réel’ mensuel c’est la nourriture.

Quand on a le temps de voyager, on ne court pas, on ne quitte un mouillage que si la météo nous le permet. On évite les ports de ce fait. Le mouillage est très souvent gratuit ou presque, {même si aujourd’hui, la société trouve le moyen de pondre des taxes un peu partout, surtout l’été 😦 }

La façon de vivre en voyage aussi change beaucoup le budget : ceux qui ne vont qu’au resto, qui ne font que du port, dévalisent les échoppes à touristes, ne se passent pas de leur pâte à tartiner dans les coins reculés de la planète, louent des voitures climatisées pour des excursions, ceux qui « font faire » les éventuels travaux.. Tout cela à un coût et quand vous préparez votre voyage ou départ, c’est à prendre en considération.

Nous avons connu/rencontré des familles de 4 enfants qui vivaient depuis 7 ans avec 800€ par mois, d’autres qui ont bouclé l’Atlantique en 1 an et sont revenus endettés, d’autres qui ont poussé jusqu’au Pacifique et ne vivaient pas avec moins de 1500/1700€ mensuels, parfois même 2000€ lors d’avarie (!!), d’autres petits retraités qui étaient les plus heureux du monde en dépensant seulement 500€ par mois, partis pour 5/6 ans.. Comme quoi !

Pour notre part, nous partons avec un tout petit peu d’argent de côté, quelques allocations mensuelles qui s’arrêteront dès le premier carrefour de l’Atlantique apprivoisé.. mais surtout avec l’envie et la motivation de dénicher des petits boulots, un peu partout ailleurs, dès que l’occasion se propose, que ce soit pour le Capitaine ou encore le Matelot, même si c’est moins évident. Si un endroit nous plait, pourquoi partir ? Restons le temps d’apprendre et d’apporter aux autres, tout en complétant la caisse de bord. Car c’est comme ça que nous souhaitons vivre désormais.

images1

Divers

Nouvelle adresse !

Bonjour, welcome Olà.. et re-bienvenus chez vous 😉

Merci de nous avoir suivi jusqu’ici.. Nous espérons que vous trouverez ce nouvel univers agréable à lire. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ou suggestions, nous les écouterons (ou pas hahah !!)

Je n’ai pas la possibilité d’inscrire les abonnés de l’ancien blog ici donc il faudra vous ré-inscrire à nouveau. Cela se passe en bas de cette page ; ainsi vous ne raterez rien de nos joyeuses et rocambolesques aventures 😉

A très bientôt,

Ndlr : encore très novice dans l’exploitation de WordPress, je tâtonne, j’essaie : c’est encore un peu brouillon mais je bosserai dur pour vous satisfaire.
Je ne peux pas (ou ne sait pas avouons) rapatrier tous les anciens messages de l’autre blog, à moins de faire un copier coller de chaque message, et ce un par un => voyez ma tête à l’évocation de cette idée ?! Néanmoins, dès que le temps libre me le permettra, je m’y attèlerai !
L'école

L’école à bord..

ecole1Ce message n’a pas pour but de juger quelconque administration française, nous faisons juste part de notre vécu.

******************************************************************************************

Au grand désespoir de notre Mouss’ Nationale, qui croyait partir en vacances avec les doigts de pieds en éventail, la Matelotte se prépare fortement à porter une nouvelle casquette dès Septembre : celle de Maîtresse d’Ecole ! Ouh là..

Mesdames Z’et Messieurs les futurs voyageurs, préparez vous au parcours du combattant ! et soyez sûrs de vos convictions…..

Lorsqu’on évoque le voyage autour de nous, il y a les (amis) gens trop trop contents : « whouah trop bien, super, vous allez kiffer.. »  et ceux (les administrations françaises) qui sont carrément incrédules et totalement réfractaires. Et qui nous le font bien comprendre {quitte à nous mettre des bâtons dans la barre à roue}.. « quoi, vous partez ? et l’école ? bandes de sauvages.. (*%**@./+**)… »  Bref..

Nous avons commencé à nous documenter sur le quoi/comment il y a un peu plus d’un an. Afin de trouver l’organisation idéale, nous devions prendre en compte plusieurs critères : les obligations, les possibilités mais surtout nos envies.

Les Obligations :

– Que les choses soient claires : en France, l’Ecole n’est pas obligatoire !  L’instruction oui. Et ce, jusqu’aux 16 ans de l’enfant. Il devra alors avoir acquis un certain nombre de connaissances. POINT

Article D131-11 du Code de l’Éducation

Le contenu des connaissances requis des enfants relevant de l’obligation scolaire qui reçoivent une instruction dans leur famille ou dans les classes des établissements d’enseignement privés hors contrat concerne les instruments fondamentaux du savoir, les connaissances de base, les éléments de la culture générale, l’épanouissement de la personnalité et l’exercice de la citoyenneté.

Vous trouverez ici CLICK CLICK le détail des connaissances du socle commun, par matières (Source LAIA et Légifrance)

Les Possibilités :

– Nous avons donc le choix de l’école par correspondance (en général Cned, pour ceux qui voyagent 1 an ou 2..) ou l’instruction libre, en famille appelée I.E.F, mais encore assez controversée par nos administrations, encore plus si nous sommes ‘nomades’..

– Pour la réception des devoirs/corrigés/cours, nous aurons une connexion Internet lorsque nous serons à quai (au Port – env. 50€ / nuit), ce que nous souhaitions éviter pour une question de budget ou au mouillage (en crique – gratuit) si la réception est bonne. Nous réfléchissons à l’achat d’un téléphone satellite : reste à évaluer les réels avantages par rapport au prix. Les cartes prépayées sont relativement chères et ne sont valables que quelques semaines/mois à partir de leur première utilisation)

– Nous avons la chance d’avoir quelques bonnes étoiles dans l’Education qui nous aident par leurs soutiens, conseils, programmes, achats de manuels.. Un gros Merci à Annick. Aurélie. (tout fraîchement promue à l’Académie de Versailles !!) et Mr B.

Dans un soucis d’organisation, nous pensons qu’il est préférable d’avoir tous les cours avant de partir, en début d’année afin d’éviter les éventuelles attentes et / ou soucis de réception de courrier etc..(imaginez donc un mois de plus à attendre en Guadeloupe par exemple..pff.. quelle galère..)

Nos envies :

– Nous souhaitons avant tout être Libres : tout en ayant conscience du programme à respecter, nous voulons pouvoir le suivre au rythme qui convient le mieux au Mouss. Ne pas être tenu (encore) par des dates pour rendre un devoir par exemple. Nous aimerions passer plus ou moins de temps sur un sujet suivant ses goûts/envies. Voir même finir l’année en mai ou juillet, encore en fonction des besoins ou organisations. Bref, vous l’aurez compris on souhaite vraiment être.. »Free total« . (bande de sauvages ‘bis’)

– Nous voulons rendre l’instruction intéressante et surtout personnelle, chose qui n’est pas évidente avec 25 élèves. Pouvoir choisir nos textes, nos livres, nos poésies, la méthode et pourquoi pas un thème à l’année (les Voyages Extraordinaires, l’Eau, Populations du Monde.. )

– Nous ne voulons pas non plus y laisser un rein : l’école est gratuite, pourquoi ne le serait elle pas aussi ‘en voyage’ ?

*****************************************************************

Alors voilà, que fait-on ?

Nous vous faisons grâce de notre charmante conversation téléphonique unilatérale à l’Inspection Académique, pour connaître les marches à suivre ou les possibilités d’instruction « hors terre ». Nous sommes tombés sur une personne Total-Hermétique et qui nous a récité par coeur son discours Biblique sur « l’école-à-terre-sinon-t’es-qu’une-conne-et-tu-te-démerdes-pour-les-infos ».. Pardon madame, mais depuis notre conversation, nous avons encore plus envie de sortir de « vos cases absurdes’ !!

Appel également au Cned : env 760€ l’année pour tous les cours. Ils envoient tous les manuels en début d’année (Juillet/Août). Si l’enfant fini les cours plus tôt, aucune possibilité de commencer l’année suivante avant septembre.

I.E.F. : beaucoup d’infos glanés sur le net notamment sur LAÏA qui regroupe les textes de lois etc.. Il faut une implication plus importante car c’est à nous de préparer les cours/programmes et de trouver les manuels scolaires, mais c’est ce qui nous ressemble le plus.

Après moultes réflexions et des heures de lectures sur le net, nous optons donc pour l’I.E.F. Le Super Maître actuel du Ptit Mouss’ nous donne des conseils sur le choix des ‘collections’. Nous prenons donc les manuels de Français, Mathématiques, Histoire/Géo/Instruction Civique, Sciences, Langues , 4 classiques de lectures thématiques (2 français et 2 en Anglais) + un manuel de l’enseignant aussi pour nous aider un peu : cout total 140€

P1120867

P1120866P1120868

Cned 760€ Vs IEF 140€ => Voilà quoi..^^ Certes il va falloir préparer les cours dès maintenant mais à ma grande surprise, je me prends au jeu et voir le Ptit Mouss’ motivée aussi à choisir ses poésies, ses livres de lectures etc, c’est ultra plaisant !

Nous avions ici déjà quelques manuels :

Conjugaison Robet & Nathan / Quelques dicos d’Anglais et d’Espagnol (merci tata Laetitia !! 🙂 ) / Des encyclopédies dont une de la collection Les Encyclopes, très bien faites et superbement illustrées. Le Ptit Mouss étant fan de lecture et notamment de Mythologie, c’est le premier que nous avons acheté ! / Et beaucoup beaucoup d’autres livres classiques sur la liseuse (Intégrale de Jules Verne, Ségur, Rudyard Kipling, Handersen entre autre..) car ici la place est en voie de disparition..

P1120864P1120865

Nous nous aidons aussi de sites internet très bien fait :

La Dictée Click

L’Ecole du Dirlo Click (le Mouss’ a d’ailleurs trouvé le site génial pour assimiler les {horribles} fameuses Tables de Multiplication..)

Apprendre à l’air Libre Click

La Cyberclass Click

L’Ecole d’Apremont Click (qui propose des centaines de Poésies)

L’Académie en ligne du Cned ! Click

Il y en a encore des tas d’autres et c’est un réel plaisir de fouiner sur le net pour rechercher les infos et méthodes qui nous aident.

Pour l’heure, la seule informations qui nous manque « concrètement », c’est de faire valoir les années d’études. En effet pour l’IEF à terre, c’est un inspecteur qui vient valider l’année. Nous serons en voyage donc pas de possibilité de faire venir cette personne en mer. L’Inspection Académique ne nous donne pas l’info, le Cned reste évasif..

Nous continuons à chercher l’info, également sur des sites de personnes ‘qui l’ont fait’ (STW, ou HisseEtOh), ainsi que sur Legifrance, nous vous tiendrons informés dès que nous l’aurons.

En attendant, je vous laisse, j’ai mon cartable à préparer moi !

On vous embrasse, à très vite.

Psychologie(s) du moment

Un projet qui change… et nous aussi.

laterrerondeIl y a presque 3 ans, lorsque nous avons ‘ouvert’ ce blog, il était question d’un grand voyage.. 1 an ou 2.. ou 3.. à travers Mers et Océans.

Depuis, les mois ont passés ; les aléas de la vie, l’évolution de cette société qui fait tout pour nous ‘regrouper’ comme des moutons et qui finalement, nous éloigne de plus en plus.. Médias, Politique, Économie, Industrie alimentaire, Pharmaceutique… Toutes ces choses font qu’aujourd’hui, on ne se sent pas à notre place, mais surtout, nous ne pouvons plus accepter de nous faire manipuler à ce point (fermez la parenthèse 🙂 )

Plus les mois passent et plus nous nous rapprochons de la date de départ aussi : lorsque l’on nous demande pour combien de temps nous partons, la réponse est devenue évasive. En fait, pour tout vous avouer et sauf aléas (supplémentaires) de la vie, il n’y a plus de date de retour prévu officiellement.

On part, oui, mais quand reviendra t-on ? Seul l’avenir nous le dira !

De ce fait, la préparation et l’organisation pour un « long voyage » contrairement à « vivre en voyage sur l’eau », sont légèrement différentes !

Notre blog est principalement destiné à nos proches, mais les surfeurs du net étant aussi nombreux à passer ici, ceux qui préparent un voyage ou un départ similaire, qui débutent dans les démarches ou la préparation, doivent être conscients de plein de choses !

1 * La première préparation est d’ordre sentimentale : il faut l’annoncer à la famille et aux amis proches.. Déjà que le ‘voyage’ en lui même en inquiétait plus d’un (ce que nous comprenons complètement), il faut maintenant leur dire doucement qu’on ne rentrera peut être pas vivre à nouveau sur le sol Français. {On essaye doucement aussi de leur préparer un pied à terre sous les cocotiers, histoire de faire passer le médoc, mais …} N’étant pas géographiquement proches, les nouvelles sont trop très souvent annoncées par téléphone, c’est moins évident aussi..

 2 * La préparation ‘matérielle’ n’est pas des moindres non plus..

Partir pour un long voyage, c’est comme partir pour des Grandes Vacances en somme : on met dans une grande valise (le bateau) nos affaires pour X mois et le reste attend gentiment à la maison (un garage/stockage etc..). Au retour, on reprend la vie ‘normale’ au port, avec nos affaires stockées (le grille pain, les vêtements d’hiver, l’épilateur etc…. ) Ça c’est cool..

Oui mais voilà, quand on décide de tout quitter, il faut être prêt à se séparer de tout ce qui est ‘terrestre’, on ne garde Rien 🙂 Pas de garage/stockage à côté, et dans le bateau, uniquement l’essentiel et ce qui fonctionne sur batterie (donc toujours pas d’épilateur hein, si  ?!?..) . Fastoche vous allez me dire. Ouais. Mais non. C’est ce qu’on croyait aussi. C’est là qu’on se rend compte à quel point la société nous apprend à dépendre de ça, et puis ça.. et encore ça. On est envahi par tout un tas de choses complètement inutile qui – soit disant – nous facilite la vie, ainsi on se persuade de ne pas pouvoir vivre sans ! On deviendrait presque feignant dis donc…

Lors que le Mouss’ et la Matelotte ont quitté leur habitation ‘sur Terre’, il a fallu se rendre à l’évidence.. 110 m² à (tasser) ranger dans un bateau d’environ 30 m² placards inclus, ça allait coincer sévère. Surtout que le Cap’taine s’était déjà étalé furieusement depuis 8 ans.

videgrenier 1 Au moins 6/8 mois avant, nous avons commencé à mettre en vente bibelots divers, linge/vêtements trop petits, quelques meubles.. et les jouets du Mouss. Ô diable Ô désespoir, ce fut dur pour notre petite aventurière. Des caisses plastiques aux dimensions exactes des équipets de sa cabine indiquaient la juste quantité que l’on pouvait prendre. Et bizarrement, au moment du tri, ces caisses  se remplissaient considérablement, voir Dé-bor-daient alors que les cartons « à vendre » restaient vide.. C’est comme si on lui coupait un bras à chaque fois la pauvre ! Après plusieurs discussions, elle comprenait que certains jouets n’étaient ou ne seraient plus de son âge à bord, qu’elle récupérait de l’argent pour sa cagnotte perso.. Au fil du temps, elle faisait elle même ses cartons pour les brocantes !

Pour ma part, même si nous nous contentions du minimum vital à terre, j’ai compris ma douleur quand il a fallu faire de même : au début, fastoche. Certaines choses se sont bien vendues. Et puis, la faute à pas de chance et peut être une mauvaise organisation aussi de ma part, beaucoup de rdv non honorés, reportés, re-non honorés par des personnes du TrèsTrèsBonCoin ou de site de ventes/dons divers. Si bien qu’au dernier moment, la veille de rendre les clefs, la maison était encore trop pleine.. 😦 Le garage que louait le Cap’taine avec un voisin est déjà bien trop rempli, la seule solution a été de tout jeter. Nous vous en parlions lors de notre dernier message, ce fut très très dur..

Ici on est plutôt du genre « tout se transforme », « rien ne se jette », « seconde vie à tout et détournement d’objet ».. bref.. Plus d’une quinzaine de voyage à la déchetterie pour des choses en bon état ou qui fonctionnaient encore, vaisselle, meubles, linge.. bref tout y est passé. On me coupait un bras à moi aussi. Je ne suis pas matérialiste  et j’ai toute « ma vie » au bateau mais dans un monde où il y a encore tant de personnes qui ont besoin, jeter à ce point est un geste qui m’a beaucoup choqué.

Pour les futurs grands voyageurs, préparez vous à l’avance, donnez/vendez bien avant de déménager, quitte à vivre dans une maison vide quelques semaines avant d’embarquer ^^ Pour ceux qui habitent dans le bateau dès l’acquisition, ne pas hésiter à mettre en vente vos affaires, au moins 6 mois avant de larguer les amarres.

Aujourd’hui, il reste encore le garage du Cap’taine, relativement bien plein , qu’il va falloir vider très vite si il ne veut pas pleurer à chaudes larmes lui aussi (et là, la Matelotte rira bien du temps où il se moquait gentiment).

La vie au bateau s’installe tranquillement pour chacun, on y trouve nos marques, on ré-organise les placards avec des affaires de filles, les soutes de stockages pour les vivres quotidiens – on met même des Légumes dans le frigo, ouiii ! , au grand désespoir du Cap’taine qui y perd ses habitudes de vieux loup de port.. !

Mais put**n t’as rangé où les 43 verres qui étaient là ???

43 verres alors que nous ne sommes que 3.. Il est prévoyant ce Cap'taine :)

Pour en revenir au Long Voyage, il y a aussi bien sûr tout le côté administratif à penser, comment se gère l’éventuel courrier, les comptes bancaires,  préparation de l’année scolaire, Check-up médical pour toute la famille.. entre autre.

Il nous reste beaucoup beaucoup de choses à faire avant de larguer les amarres : la philosophie de notre voyage étant de « laisser faire le vent », nous décidons de ne pas nous stresser quant à la tenue d’une date de départ. Nous partirons quand nous serons prêts à lâcher.. certainement à la fin de l’été, quitte à écourté la visite de la Méditerranée.

carpediemEt puis aussi pour laisser passer une période un peu dure : nous ne voulions pas trop en parler avant mais nous attendons une autorisation début juin, qui nous accordera le départ ou non : un ‘léger’ détail administratif que nous n’avions pas vu venir, qui nous a retardé et qui a mis le moral de la troupe bien bas ces derniers mois : il se peut que notre projet ne voit pas le jour 😦  (si tu nous lis, toi là bas, t’es vraiment pas chouette..) . Nous continuons malgré tout à nous préparer et à y croire.

Merci d’ailleurs à toutes celles qui nous ont aidé, elles se reconnaitront !

Gros bisous, à bientôt.. ❤